Consulat Général du Sénégal à Paris, www.consulsen-paris.com Sénégal à Paris

Ouverture service CNI carte électeur biométrique

Si vous vous avez moins de 18ans* ou êtes en province ou hors de la juridiction de Paris, vous ne devez pas venir au Consulat.

Veuillez attendre les commissions du Consulat mobile à partir de janvier, planning dispo sous peu

Accueil > Zoom sur : Fati Niang propriétaire de Black Spoon et membre du jury du (...)

Zoom sur : Fati Niang propriétaire de Black Spoon et membre du jury du PSE-J

Zoom sur : Fati Niang propriétaire de Black Spoon et membre du jury du PSE-J

Publié le 27 novembre 2015

Interview de Fati Niang franco-sénégalaise entrepreneur et membre du jury PSE-J dans les locaux du consulat général du Sénégal à Paris. Madame Niang nous parle de son concept food truck nommé Black Spoon (première partie) mais également de l’entreprenariat des jeunes au Sénégal via le PSE-J(Programme sénégalais pour l’entreprenariat des jeunes) dont elle est membre du jury. (seconde partie)

Première partie


Bonjour Fati Niang, parlez nous de vous :
Bonjour, 
Je m’appelle donc Fati Niang, j’ai 35 ans et je suis franco-sénégalaise née à Creil dans l’Oise. 
J’ai étudié au lycée Jules Uhry, après j’ai effectué un BTS action commerciale en alternance dans un cabinet d’architecte à Paris. 
J’ai travaillé dans cette entreprise pendant 10 ans notamment en tant que chargé d’affaire. 
J’ai ensuite été débauché par Suez Environnement où j’ai travaillé 1 an et demi.


Vous êtes aujourd’hui chef d’entreprise, comment vous est venue cette envie d’entreprendre ?
En réalité, j’ai toujours eu l’envie de créer et d’entreprendre. Dès les années 2000, j’ai commencé à écrire des projets sans pour autant me lancer.


Pourquoi le food truck et Black Spoon ?
J’étais attirée par deux domaines, la mode et la gastronomie. J’ai donc opté pour le second. 
En amont, je me suis formé en m’inscrivant à l’AFPA en création et gestion d’entreprise. Il fallait envisager quelque chose d’originale. C’est alors que j’ai pensé au concept de Food Truck. Ce concept vient des Etats-Unis et a été importé en France par l’américaine Kristin Frederick qui, le 29 novembre 2011, lance le premier food truck en France. 
J’avais une idée très précise de ce que je voulais faire. Le marché à viser pour moi était celui de la gastronomie africaine. Il fallait sortir des clichés, faire du light et du qualitatif.



Avez-vous rencontré des difficultés ?
Rien n’est jamais simple ou acquis d’avance, il a fallu se battre pour réaliser ce projet. 
Malgré plus de 10 ans d’expériences en tant que commerciale et chargé d’affaire, il a fallu que je me forme notamment en création et gestion d’entreprise. Il fallait également trouver les fonds pour financer le projet.



Justement, dites nous comment vous avez réussi à financer ce projet ?
Le facteur le plus déterminant est de disposer d’un projet solide et cohérent, c’est primordial avant de se lancer dans la recherche de financement. D’ailleurs, si je devais donner un conseil aux jeunes souhaitant se lancer c’est de bien étudier la faisabilité de leur projet avant tout. 
J’ai pu profiter d’un financement à taux zéro et également d’une contribution de mes parents.



Vous avez beaucoup de chance d’avoir des parents prêts à vous accompagner financièrement. Ils ont donc cru à votre projet de Food truck ?
Oui j’ai de la chance, mes parents m’ont immédiatement encouragé et soutenu financièrement. Ils m’ont donné cette énergie pour aller au bout de mes idées. 
J’ai beaucoup de chance oui…



Vous avez lancé Black Spoon en décembre 2013, comment se porte votre entreprise aujourd’hui ?
- Tout va bien, j’ai plus de 15 mille clients sur le territoire. Beaucoup d’organismes ou d’entreprises font confiance à Black Spoon, je peux citer l’UNESCO, l’enseigne Nicolas Feuillatte et bientôt Canal+. Les signaux sont au vert à vrai dire.

Quelle est la prochaine étape ?
Black Spoon est une marque qui grandit. J’ambitionne d’ouvrir des restaurants Black Spoon en France et au Sénégal mais également Milan et Miami car on a des demandes venant de ces grandes villes.
L’idée est de faire de Black Spoon la première marque (franchise) de restaurant africain.



En parlant d’Afrique, avec votre concept dont plusieurs chaines télé ont parlé (Canal+, M6, TV5) avez-vous l’impression d’être une ambassadrice de la gastronomie africaine en général et sénégalaise en particulier ?
Je suis très fière de représenter le Sénégal de mettre en avant la gastronomie sénégalaise et africaine. 
Beaucoup l’ignorent, mais nous avons de grands chef sénégalais qui sont reconnus mondialement et qui ont de grands restaurants aux USA par exemple. 
Il faut en parler, les mettre en avant lors de cérémonies officielles, cela fait parti du rayonnement de notre pays.

Dans la deuxième partie de l’interview Fati niang nous parle du PSE-J dont elle membre du jury

hautdepage